International

Une enquête équitable sur le meurtre de Karima Baloch au Canada, Pak Rolle soupçonne

New Delhi, 24 décembre

Le meurtre présumé de la militante des droits humains Karima Baloch à Toronto, au Canada, a suscité des débats dans le monde entier, des militants appelant à une enquête équitable.

De plus, une déclaration conjointe de groupes dissidents pakistanais au Canada a qualifié la mort de Karima de meurtre et a appelé à une enquête sur l’incident.

Karima Baloch, une militante du Baloutchistan en exil qui vit à Toronto, a disparu le 20 décembre avant d’être retrouvée morte. Le peuple du Baloutchistan s’est battu pour son indépendance face à l’occupation illégale par le Pakistan.

Elle a fui au Canada après avoir été persécutée par les autorités de l’État pakistanais en 2016.

La déclaration commune sur la mort de Karima parle de la possibilité d’une faute des autorités pakistanaises.

«Bien que le service de police de Toronto ait déclaré que la mort de Karima Baloch faisait l’objet d’une enquête en tant que mort non criminelle et qu’il n’y avait pas de circonstances suspectes, nous pensons que les autorités pakistanaises ont menacé sa vie en raison de son activisme politique. Une enquête approfondie sur le meurtre de Karima Baloch est nécessaire », indique un communiqué conjoint.

La déclaration conjointe a été faite par le Mouvement national du Balouchistan, le Parti national du Baloutchistan-Canada, le Congrès mondial du Sindhi-Canada, le Conseil pachtoune Canada et le Comité PTM Canada Nous, le Mouvement national Baloutche, le Parti national du Baloutchistan-Canada, le Congrès mondial Sindhi -Canada et le Pashtun Council Canada et PTM Committee Canada.

La société civile canadienne a également condamné le meurtre et a demandé une enquête approfondie.

Karima s’est identifiée comme une militante des droits humains et était présidente de l’Organisation des étudiants du Baloutche Azad.

Pendant son séjour au Pakistan, elle a été une voix forte contre la militarisation du Baloutchistan, les disparitions forcées et les exécutions extrajudiciaires de balochistes.

«Le meurtre de Karima Baloch nous a rappelé le meurtre de sang-froid de Sajid Husain, un journaliste baloutche qui a été contraint à l’exil en Suède après avoir fait des reportages sur la violence, la criminalité et un soulèvement mijotant au Pakistan. Il a été retrouvé mort le 23 avril 2019 au nord de Stockholm après avoir été porté disparu pendant plus d’un mois “, indique le communiqué.

Karima a été nommée l’une des 100 femmes les plus inspirantes et les plus influentes au monde de la BBC en 2016.

Pendant son refuge au Canada, Karima Baloch a continué de dénoncer les violations des droits de la personne au Baloutchistan par les autorités de l’État pakistanais.

«Nous condamnons le meurtre de Karima Baloch et exigeons une enquête approfondie et transparente sur son meurtre. Le coupable doit être dénoncé et traduit en justice conformément aux lois du Canada », a déclaré un communiqué des différents groupes appelés et appelés Baloutche, l’un des groupes les plus persécutés au Pakistan.

Depuis 2007, des milliers de personnes ont disparu sans laisser de trace au Balouchistan.

L’opération, dirigée par l’armée pakistanaise, a été lancée au début de 2005 pour éradiquer l’insurrection des groupes ethniques baloutches qui se battent pour une plus grande part des ressources de la province.

Les dissidents et critiques des autorités pakistanaises vivant en exil sont constamment préoccupés par l’augmentation des menaces et des attaques contre eux pendant leur exil.

“Nous pensons que la communauté internationale a la responsabilité de protéger les militants exilés”, indique le communiqué.

«Bien que nous soyons très fiers de la longue expérience du Canada dans la lutte courageuse contre toutes sortes de violations des droits de la personne dans le monde, et de l’image du Canada comme l’un des endroits les plus sûrs pour les réfugiés et les demandeurs d’asile, le manque de mesures concrètes à cette fin pourrait miner son image mondiale. / mettre en danger la réputation du Canada.

Nous exhortons donc le gouvernement canadien à enquêter immédiatement et en profondeur, à traduire les auteurs en justice et à ne prendre des mesures diplomatiques et politiques que s’il s’avère qu’un pays ou un groupe étranger est impliqué dans ce meurtre brutal de ces droits humains. militant impliqué. “Dans la lutte pour l’indépendance, des centaines d’activistes politiques du Baloutchistan ont fui le Baloutchistan pour éviter la persécution et sont contraints de demander l’asile dans d’autres pays. – IANS

Bouton retour en haut de la page