International

Un camp de réfugiés syriens incendié dans le nord du Liban

Beyrouth, 27 décembre

Plus de 300 réfugiés syriens ont dû fuir un camp informel dans le nord du Liban lorsqu’un incendie a ravagé les tentes et les a incendiées, ont annoncé dimanche des responsables de l’ONU et du Liban.

L’incendie de samedi soir a fait rage pendant quatre heures alors que les pompiers tentaient de l’éteindre, a déclaré la protection civile libanaise.

L’incendie est survenu après une bagarre entre une famille libanaise à al-Miniyeh dans le nord du pays et les Syriens vivant dans le camp, selon les médias libanais.

Un responsable libanais a déclaré que l’armée enquêtait sur la cause de l’incendie et menait des raids pour rassembler les responsables du conflit. L’officier a parlé sous couvert d’anonymat, car une déclaration officielle n’a pas encore été publiée.

Khaled Kabbara, un porte-parole de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés dans le nord du Liban, a déclaré qu’environ 375 personnes vivaient dans le campement informel, qui se trouvait sur une propriété louée. Il a dit que tout le camp avait brûlé.

Selon Kabbara, quatre personnes ont été blessées dans l’incendie et hospitalisées pour des blessures mineures. Il a déclaré que certains résidents du camp étaient revenus dimanche pour voir si quelque chose pouvait être sauvé de l’incendie.

La plupart des réfugiés ont cherché refuge dans d’autres établissements informels à proximité. Certains membres de la communauté locale ont également offert une protection, a déclaré Kabbara.

Kabbara a déclaré que les affrontements entre résidents et réfugiés syriens “ont souvent des effets désastreux sur toute la communauté”.

Des tensions surgissent souvent au Liban entre les citoyens et les réfugiés syriens qui ont fui la guerre dans leur pays. Plus d’un million de réfugiés vivent au Liban, soit près d’un quart des cinq millions d’habitants du pays, mettant à rude épreuve l’infrastructure déjà en ruine du pays.

Les tensions entre Libanais et Syriens remontent également à l’époque où la Syrie a dominé son petit voisin pendant près de trois décennies avec des milliers de soldats stationnés au Liban. Ils se sont retirés en 2005 après l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri, ce qui a déclenché des manifestations anti-syriennes massives. AP

Bouton retour en haut de la page