International

Trump signe la politique du Tibet pour empêcher la Chine de faire un pas contre la succession du Dalaï Lama

Washington, 28 décembre

Le président américain Donald Trump a signé une loi visant à créer un consulat américain au Tibet et à constituer une coalition internationale pour garantir que le prochain Dalaï Lama soit nommé uniquement par la communauté bouddhiste tibétaine sans ingérence de la Chine.

La loi de 2020 sur la politique et l’assistance tibétaine modifie et approuve divers programmes et règlements relatifs au Tibet.

Trump a signé le projet de loi dimanche dans le cadre de l’énorme projet de loi de fin d’année de 2,3 billions de dollars pour assurer un soulagement retardé des coronavirus et financer le gouvernement fédéral.

Le Sénat américain a adopté la loi à l’unanimité la semaine dernière malgré les protestations de la Chine.

Il approuve le soutien des organisations non gouvernementales à l’appui des communautés tibétaines au Tibet. Restreint les nouveaux consulats chinois aux États-Unis jusqu’à ce qu’un consulat américain soit établi à Lhassa, au Tibet.

La loi habilite désormais le bureau du Coordonnateur spécial américain sur les questions tibétaines et ajoute des responsabilités supplémentaires au bureau, telles que la poursuite de coalitions internationales pour s’assurer que le prochain Dalaï Lama est nommé uniquement par la dénomination bouddhiste tibétaine.

Il ordonne également au secrétaire d’État de ne pas ouvrir un nouveau consulat chinois aux États-Unis à moins que la Chine n’autorise l’ouverture d’un consulat américain à Lhassa.

La politique des États-Unis est de prendre toutes les mesures appropriées pour traduire en justice les hauts fonctionnaires du gouvernement chinois ou du Parti communiste chinois directement impliqués dans l’identification et l’installation du futur 15e dalaï-lama du bouddhisme tibétain, successeur du 14e siècle. Dalaï, intervenez Lama.

Pékin considère le 14e Dalaï Lama comme un “séparatiste” travaillant à séparer le Tibet de la Chine. Les principales mesures approuvées par le Congrès américain comprennent l’imposition de sanctions, y compris des restrictions de voyage, aux fonctionnaires chinois. Le 14e dalaï-lama prône l’approche de la voie du milieu La nouvelle loi, qui vise une réelle autonomie pour les six millions de Tibétains au Tibet, dit que le dalaï-lama supervisera un processus de démocratisation au sein de la politique tibétaine et transférera sa responsabilité politique en 2011 aux 23 élus. du peuple tibétain en exil.

Le Tibetan Politics and Assistance Act of 2020 accorde 1 million de dollars par an au coordinateur spécial des États-Unis pour le Tibet, 675000 dollars américains pour les bourses d’études, 575000 dollars américains pour les initiatives d’échange scientifique, 8 millions de dollars américains pour le régime autonome tibétain et les communautés en Chine , 6 millions de dollars pour les Tibétains vivant en Inde, 3 millions de dollars pour le gouvernement tibétain.

La nouvelle loi exprime sa préoccupation quant à l’exploitation des ressources naturelles du Tibet, en particulier l’eau, et cherche à travailler avec les institutions scientifiques chinoises et internationales pour surveiller l’environnement sur le plateau tibétain, y compris le retrait des glaciers, l’élévation de la température et la La teneur en carbone. promouvoir une meilleure compréhension des effets sur le pergélisol, le débit des rivières, les prairies et la désertification, et le cycle de la mousson. PTI

Bouton retour en haut de la page