International

L’Irak menace des pénuries d’électricité après que l’Iran a coupé l’approvisionnement en gaz, selon le ministère irakien

Bagdad, 27 décembre

La capitale irakienne Bagdad et d’autres villes risquent de subir de graves pannes d’électricité après que l’Iran a réduit ses exportations de gaz, a déclaré dimanche le ministère de l’Électricité, ce qui pourrait exercer une pression supplémentaire sur le gouvernement du Premier ministre Mustafa al-Kadhimi.

L’Iran a réduit les exportations de gaz vers l’Irak de 50 millions de mètres cubes il y a deux semaines à cinq millions de mètres cubes, en invoquant des factures impayées, a déclaré un porte-parole du ministère.

Le ministère irakien de l’électricité a été officiellement informé dimanche qu’il prévoyait de réduire davantage les approvisionnements à trois millions de mètres cubes, a déclaré le porte-parole.

L’Irak a perdu environ 6 550 mégawatts d’électricité, a déclaré le porte-parole Ahmed Moussa.

La consommation quotidienne de l’Irak pendant les pics hivernaux atteint environ 19 000 mégawatts tandis que le pays génère environ 11 000 mégawatts et réagit aux importations pour combler l’écart, a-t-il déclaré.

Le ministre iranien de l’Energie, Reza Ardakanian, doit se rendre mardi à Bagdad pour discuter des factures impayées avec son homologue irakien, a déclaré Moussa.

“Nous encourageons vivement le ministère irakien des Finances à régler les factures impayées avec l’Iran pour éviter des pénuries d’électricité critiques à Bagdad et dans d’autres villes”, a déclaré Moussa.

Washington a prolongé à plusieurs reprises une dispense de sanction de 90 ou 120 jours pour permettre à Bagdad d’importer de l’énergie iranienne. Cependant, en novembre, seule une prolongation de 45 jours a été accordée.

Les États-Unis ont insisté pour que l’Irak riche en pétrole, le deuxième producteur de l’OPEP, se dirige vers l’autosuffisance comme condition de l’exemption des importations d’énergie iranienne, mais Bagdad a dû le faire en partie en raison de la baisse des prix du pétrole. Reuters

Bouton retour en haut de la page