International

Les trolls français et russes se disputent l’influence en Afrique, déclare Facebook

Londres, 15 décembre

Des campagnes de désinformation concurrentes françaises et russes ont tenté de tromper et d’influencer les internautes en République centrafricaine avant des élections plus tard ce mois-ci, a déclaré Facebook mardi.

Facebook a déclaré que c’était la première fois que des opérations d’influence étrangère étaient menées directement sur ses plateformes, avec de faux comptes se dénonçant mutuellement comme des “fausses nouvelles”.

La société a déclaré avoir bloqué trois réseaux avec un total de près de 500 comptes et sites pour ce que l’on appelle un «comportement inapproprié coordonné». Un réseau était lié à «des personnes liées à l’armée française» tandis que les deux autres étaient liés à «des personnes liées aux activités antérieures de l’Agence russe de recherche sur Internet» et à l’homme d’affaires russe Evgeny Prigozhin.

Le ministère français de la Défense et le Commandement militaire français n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Les responsables de Prigozhin, qui, selon les procureurs américains, avaient ordonné à l’Internet Research Agency de se mêler des élections américaines de 2016, n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Il nie les allégations américaines.

«Le feu ne peut pas être combattu par le feu. Nous avons ces deux efforts de différents côtés de ces problèmes en utilisant les mêmes tactiques et techniques et ils finissent par se ressembler », a déclaré Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité chez Facebook.

La France et la Russie veulent toutes deux influencer l’Afrique. Paris a des liens avec de nombreux pays africains francophones qu’elle considère comme vitaux pour empêcher la propagation de l’islamisation violente, et Moscou se bat pour se positionner sur un marché lucratif.

Facebook a déclaré que les deux campagnes étaient principalement axées sur la République centrafricaine (RCA), qui votera le 27 décembre, mais ont également ciblé des utilisateurs dans 13 autres pays africains, dont l’Algérie, le Cameroun, la Libye et le Soudan.

Ben Nimmo, directeur des enquêtes de la société d’analyse des médias sociaux Graphika, a déclaré que les deux campagnes utilisaient de faux comptes pour usurper l’identité des habitants et partageaient parfois des photos de doctorat.

L’effort français a commencé à la mi-2019 et a fait pression pour des ambassades pro-françaises avant de cibler les «fausses nouvelles russes» après que Facebook a mis fin à une campagne de désinformation liée à la Russie en Afrique en octobre dernier.

L’opération russe qui a suivi visait à faire progresser les intérêts commerciaux et diplomatiques de la Russie ainsi que la candidature du président Faustin-Archange Touadera aux élections, a-t-il déclaré. Plus tard, les comptes russes ont essayé de sortir les comptes français qui essayaient de les faire sortir.

Mais aucune des deux parties n’a construit une audience significative en RCA, a-t-il ajouté. “Ils ressemblaient à deux équipes de bras de fer trolls sans que personne d’autre n’y prête vraiment attention.”

— Reuters

Bouton retour en haut de la page