International

L’économie mondiale devrait croître de 4% en 2021: Banque mondiale

Washington, 5 janvier

Avec le lancement du vaccin COVID-19 dans de nombreux pays, la Banque mondiale prédit que l’économie mondiale augmentera de 4% d’ici 2021, mais restera toujours plus de 5% en dessous de sa tendance pré-pandémique.

“L’économie mondiale semble sortir de l’une de ses plus profondes récessions et entamer une reprise en sourdine”, a déclaré mardi le président de la Banque mondiale, David Malpass, dans un avant-propos du rapport sur les perspectives économiques mondiales, après quoi une reprise sera probablement modérée à moins qu’elle ne soit Les décideurs sont déterminés à apprivoiser la pandémie et à mettre en œuvre des réformes favorables aux investissements.

Bien que l’économie mondiale se développe à nouveau après une baisse de 4,3% en 2020, la pandémie a causé de nombreux décès et maladies, plongé des millions de personnes dans la pauvreté et peut affecter l’activité économique et les revenus pendant de longues périodes.

Les principales priorités politiques à court terme sont de contrôler la propagation du COVID-19 et d’assurer l’utilisation rapide et généralisée des vaccins. Pour soutenir la reprise économique, les autorités doivent également permettre un cycle de réinvestissement axé sur une croissance durable et moins dépendant de la dette publique, selon le rapport.

«Alors que l’économie mondiale semble être entrée dans une reprise modérée, les décideurs sont confrontés à des défis de taille – santé publique, gestion de la dette, politique budgétaire, banque centrale et réformes structurelles – pour s’assurer que cette reprise mondiale encore fragile prend de l’ampleur. et jette les bases d’une croissance robuste », a déclaré Malpass.

“Afin de surmonter les effets de la pandémie et de contrer les vents contraires en matière d’investissement, de grands efforts doivent être faits pour améliorer l’environnement des affaires, accroître la flexibilité des marchés du travail et des produits et renforcer la transparence et la gouvernance”, a-t-il déclaré.

L’effondrement de l’activité économique mondiale en 2020 a probablement été légèrement moins grave que prévu, principalement en raison de contractions moins profondes dans les économies avancées et d’une reprise plus robuste en Chine.

En revanche, dans la plupart des autres pays émergents et en développement, les troubles de l’activité étaient plus aigus que prévu, a indiqué la banque dans son rapport.

«Les faiblesses financières de bon nombre de ces pays doivent également être corrigées car le choc de croissance affecte les bilans des ménages et des entreprises menacés», a déclaré Carmen Reinhart, vice-présidente et économiste en chef du Groupe de la Banque mondiale.

Selon le rapport, la croissance mondiale devrait ralentir à 3,8% en 2022, ce qui sera alourdi par les dommages continus que la pandémie fait à la croissance potentielle. En particulier, l’impact de la pandémie sur l’investissement et le capital humain est susceptible de nuire aux perspectives de croissance dans les pays émergents et en développement (EMDE) et de réinitialiser les principaux objectifs de développement.

La reprise mondiale, freinée à court terme par une résurgence des cas de COVID-19, devrait se renforcer à l’horizon de prévision à mesure que la confiance, la consommation et le commerce s’améliorent progressivement, aidés par les vaccinations en cours, selon le rapport.

Bien que la croissance globale des EMDE devrait se solidifier à 4,6% en moyenne au cours de la période 2021-2022, l’amélioration reflète en grande partie la reprise anticipée de la Chine. En dehors de la Chine, la reprise des EMDE sera probablement plus modérée, avec une moyenne de 3,5% en 2021-2022, les effets persistants de la pandémie continuant de peser sur la consommation et l’investissement, a déclaré la Banque mondiale.

Dans son avant-propos du rapport, Malpass a déclaré qu’il était essentiel de faire les bons investissements dès maintenant pour soutenir la reprise lorsqu’elle est absolument nécessaire et pour alimenter la résilience.

«Notre réponse aujourd’hui à la crise pandémique façonnera notre avenir ensemble pour les années à venir. Nous devons profiter de l’occasion pour jeter les bases d’une économie mondiale durable, juste et durable », a-t-il déclaré. – PTI

Bouton retour en haut de la page