International

Le «tueur de Twitter» japonais condamné à mort pour meurtre en série

Tokyo, 15 décembre

Un tribunal japonais a condamné mardi un homme à mort pour avoir tué et démembré neuf personnes, dont la plupart ont publié des pensées suicidaires sur les réseaux sociaux, dans une affaire qui a choqué le pays.

La division de Tachikawa du tribunal de district de Tokyo a déclaré Takahiro Shiraishi, connu sous le nom de «meurtrier de Twitter», coupable d’avoir tué, démembré et entreposé les corps des victimes dans son appartement de Zama, près de Tokyo.

Shiraishi, 30 ans, a plaidé coupable et a déclaré qu’il ne ferait pas appel de sa condamnation à mort.

La police a arrêté Shiraishi en 2017 après avoir trouvé les corps de huit femmes et d’un homme dans les chambres froides de son domicile.

Les enquêteurs ont déclaré que Shiraishi avait contacté les victimes sur Twitter et leur avait proposé de les aider dans leurs souhaits suicidaires. Il a tué les femmes, y compris des adolescentes, après les avoir violées et a également tué un ami d’une des femmes pour le faire taire, ont déclaré les enquêteurs.

Shiraishi a utilisé le nom de «bourreau» sur Twitter et a promis d’aider ses victimes à mourir et de les inviter à son appartement.

Bien que ses avocats de la défense aient soutenu qu’il soutenait les souhaits suicidaires des victimes, Shiraishi a déclaré plus tard qu’il les avait tuées sans leur consentement.

Dans le verdict, le juge président Naokuni Yano a déclaré qu’aucune des victimes n’avait consenti à être tuée et que Shiraishi était entièrement responsable de leur mort, selon les médias.

Il a déclaré que le crime était extrêmement odieux et a créé la peur et l’inquiétude dans une société où les médias sociaux sont devenus un élément indispensable de la vie quotidienne, a rapporté la télévision publique NHK.

Le taux de suicide au Japon est parmi les plus élevés au monde. Après une récente baisse, le nombre a encore augmenté cette année, les populations ayant été touchées par les effets de la pandémie.

Le taux de criminalité au Japon est relativement faible, mais il y a eu récemment des meurtres très médiatisés. En juillet 2016, un ancien employé d’un foyer pour handicapés aurait tué 19 habitants et blessé plus de 20 autres. AP

Bouton retour en haut de la page