International

Le tribunal américain met fin au programme de fraude pour les Américains âgés par le biais de centres d’appels en Inde

New York, 30 décembre

Un tribunal américain a ordonné l’arrêt définitif d’un programme de fraude au support technique géré par un citoyen américain et géré par des centres d’appels en Inde qui aurait fraudé des centaines d’Américains âgés et vulnérables.

Le département américain de la Justice a annoncé mardi que le tribunal de district avait placé une injonction préliminaire contre Michael Brian Cotter, 59 ans, de Glendale, en Californie, et quatre entreprises – le Global Digital Concierge enregistré à Singapour, Sensei Ventures Incorporated et NE Labs enregistré au Nevada. Ordered Inc et Kevisoft, enregistré à New York, pour la vente de services de support technique ou de logiciels par télémarketing ou sites Web

«Le ministère s’est engagé à protéger les Américains vulnérables, en particulier les personnes âgées, de ceux qui tentent de voler leurs économies durement gagnées», a déclaré Jeffrey Bossert Clark, procureur général adjoint de la division civile.

Le ministère de la Justice a remercié le Bureau central d’enquête de l’Inde pour avoir perturbé et suivi le système.

“Le département apprécie la coopération des services de police étrangers, y compris le Bureau central des enquêtes de l’Inde, pour enquêter, interrompre et poursuivre les programmes de fraude assistée par des techniques et d’autres programmes à l’étranger ciblant le public américain”, a déclaré Clark , qui a également remercié le bureau de l’attaché juridique à Delhi pour les efforts considérables de coordination.

La plainte, déposée en octobre 2020, alléguait que Cotter avait travaillé avec des co-conspirateurs en Inde d’au moins 2011 à 2020 pour exécuter un programme d’escroquerie de support technique qui contactait les consommateurs américains via des messages pop-up Internet qui étaient faussement des avertissements de Microsoft ou d’une autre société bien connue sont apparus comme des messages de sécurité.

Les messages contextuels prétendaient frauduleusement que l’ordinateur du consommateur était infecté par un virus qui aurait analysé l’ordinateur du consommateur, confirmé à tort la présence d’un virus et d’un logiciel malveillant, puis fourni un numéro sans frais pour commander Demander de l’aide.

Le ministère de la Justice a déclaré que lorsque les victimes ont appelé le numéro sans frais, elles étaient connectées à des centres d’appels en Inde participant au programme de fraude.

Les agents des centres d’appels ont demandé aux victimes de leur permettre d’accéder à distance à leurs ordinateurs et ont informé les victimes qu’ils avaient trouvé des virus ou d’autres logiciels malveillants sur leurs ordinateurs.

Finalement, le personnel du centre d’appels diagnostiquerait par erreur des problèmes inexistants et inciterait les victimes à payer des centaines de dollars pour des services et des logiciels inutiles.

La plainte alléguait que Cotter avait travaillé avec des co-conspirateurs en Inde pour gérer le système, y compris l’enregistrement des domaines de sites Web, le démarrage de sociétés écrans et la liaison avec les banques et les processeurs de paiement pour lever des fonds auprès de Pour faciliter les victimes du système.

Des victimes individuelles ont payé des centaines à des milliers de dollars au programme pour une assistance technique indésirable et inutile.

Aux termes du décret d’injonction, les défendeurs ont accepté, entre autres, d’être définitivement exclus de l’offre de services d’assistance technique ou de logiciels et de publicité à la vente par le biais de messages contextuels informatiques via le télémarketing ou des sites Web.

Le décret de consentement transfère également la propriété de 19 noms de domaine prétendument utilisés dans le cadre du programme d’assistance technique aux États-Unis afin que ces domaines ne puissent plus être utilisés dans le cadre du programme d’escroquerie.

La fraude généralisée qui aurait été commise dans cette affaire a été portée à l’attention de la Transnational Elder Fraud Strike Force de Microsoft, souvent incarnée par les personnes impliquées dans les programmes de fraude du support technique. PTI

Bouton retour en haut de la page