International

Le gouvernement du Bangladesh approuve la liste primaire de 1222 martyrs: The Tribune India

Dhaka, le 14 décembre

Après 49 ans de guerre de libération, le gouvernement du Bangladesh a approuvé une liste primaire de 1 222 martyrs qui ont fait des sacrifices pour la nation en 1971, a déclaré un ministre.

Dimanche, le ministre des Affaires de la guerre de libération, AKM Mozammel Huque, a déclaré que la liste serait officiellement publiée ce mois-ci.

L’annonce de Huque est intervenue la veille du pays qui a célébré lundi la Journée des Martyrs-Intellectuels.

Dimanche, dans des messages séparés, le président M. Abdul Hamid et le Premier ministre Sheikh Hasina ont rendu hommage aux intellectuels torturés.

Huque a déclaré que la liste avait été approuvée lors de la première réunion du comité de rédaction.

“La liste sera probablement approuvée lors de la prochaine réunion du comité. Un projet a déjà été rédigé indiquant qui sera considéré comme des intellectuels martyrs.

“En 1972, les listes de 1 070 intellectuels martyrs ont été publiées. Plus tard, le Post a émis des timbres commémoratifs de 152 martyrs. Nous avons donc reçu 1 222 intellectuels martyrs. Nous avons approuvé les listes”, a déclaré le ministre.

Un mémorial érigé à la mémoire des intellectuels martyrisés dans la région de Mirpur à Dhaka a été préparé en tant que dirigeants nationaux et des personnes de tous horizons lui rendront hommage.

L’armée pakistanaise et son personnel de Jamaat-e-Islam parlant bengali ont tué un certain nombre d’intellectuels pendant la guerre de libération de neuf mois du 25 mars 1971.

Ils ont visiblement obligé les forces notoires de la Gestapo telles qu’Al-Badr et Al-Shams le 14 décembre 1971, à mener une campagne systématique pour tuer les universitaires et les professionnels les plus éminents tels que les médecins, les ingénieurs et les journalistes afin de mettre la nation dans un état sans cervelle. pour amener l’indépendance du Bangladesh.

Cependant, le gouvernement bangladais de l’époque et les combattants de la liberté victorieux n’ont découvert leur dernier massacre brutal que lorsque les troupes pakistanaises se sont rendues à l’armée indienne le 16 décembre 1971.

Les meilleurs complices de l’armée pakistanaise de Jamaat-e-Islami et de sa branche étudiante, Islami Chhatra Sangstha, se sont cachés des années plus tard pour réapparaître.

Les personnes exposées à la colère des meurtriers le 14 décembre 1971 comprenaient l’ophtalmologiste Alim Chowdhury et Fazle Rabbi; Les journalistes Shahidullah Kaisar, Sirajudddin Hossain, Selina Parveen; et littérateur Monier Choudhury.

La plupart des victimes ont eu les yeux bandés depuis leur domicile à Dhaka entre le 10 et 14 décembre 1971 et ont été tuées.

Après avoir pris le pouvoir en 2009, la Ligue Awami au pouvoir a traduit en justice les auteurs du meurtre d’intellectuels et de criminels de guerre de 1971.

Le patron du Jamat (Amir) Matiur Rahman Nizami et le secrétaire général Ali Ahsan Mohammad Mujahid et les secrétaires généraux adjoints Abdul Qader Mollah et Mohammad Qamaruzzaman ont déjà été exécutés pour crimes de guerre.

Le fondateur du BNP, Ziaur Rahman, et son épouse Khaleda Zia, chef par intérim du BNP, avaient nommé les tueurs comme ministres qui avaient été reconnus coupables par le Tribunal international des crimes (ICT) en 1971 pour leurs crimes contre l’humanité tels que génocide, viol et nettoyage ethnique. ).

“Nous avons tenu le procès des criminels de guerre et exécuté les jugements. Je pense qu’il est également nécessaire de traduire en justice ceux qui ont récompensé les criminels de guerre, qui ont tenu le drapeau national et en ont fait des ministres dans le Bangladesh indépendant”, a déclaré Hasina.

“Les criminels de guerre de 1971 ont commis le génocide. Mais Zia et Khaleda, qui, en tant que ministres, législateurs et ambassadeurs, ont autorisé les meurtriers à utiliser les installations de l’État en tant que politiciens, sont également coupables.” Le Premier ministre a déclaré que le procès des personnes directement impliquées dans le génocide se poursuivrait.

“Il n’y a pas de pitié pour eux. Ils doivent être traduits en justice. Et la haine est également répandue sur les patrons.” Elle a dit qu’il n’y avait aucun autre pays au monde où tant de personnes avaient été tuées en si peu de temps qu’un génocide aussi grave avait été commis.

“Il n’y a aucun journal au monde qui n’ait diffusé la nouvelle de ce génocide.” À propos de l’adoption d’une résolution parlementaire en 2017 pour garder le 25 mars comme Journée du génocide, Hasina a déclaré avoir pris la décision afin que la nation et les générations futures puissent entendre les méfaits des forces d’occupation pakistanaises et de leurs travailleurs locaux, y compris Razakars, Al-Badr , n’oubliez pas et Al-Shams, qui a commis le génocide en 1971.

Élaboration de programmes, y compris hommage au père de la nation Bangabandhu Sheikh Mujibur Rahman; Lundi, les drapeaux nationaux et noirs seront hissés en berne et des couronnes seront déposées au Mémorial des intellectuels martyrs à Mirpur et au Rayerbazar Killing Ground à Mohammadpur dans la ville.

Cependant, les programmes de la Journée des Martyrs-Intellectuels seront suivis conformément aux réglementations sanitaires et d’hygiène imposées en raison de la situation avec la pandémie de coronavirus. – IANS

Bouton retour en haut de la page