International

Chronologie des événements suivant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne

Londres, 24 décembre

Un calendrier des principaux événements liés à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne:

23 janvier 2013: le Premier ministre britannique David Cameron promet un référendum sur l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’UE si le Parti conservateur remporte les prochaines élections générales. Il le fait pour gagner le soutien des eurosceptiques au sein de son propre parti.

7 mai 2015: les électeurs britanniques élisent un gouvernement à majorité conservatrice. Cameron a confirmé dans son discours de victoire qu’il y aura un référendum «in / out» sur l’adhésion à l’Union européenne.

20 février 2016: Cameron annonce qu’il a négocié un accord avec les chefs d’État et de gouvernement de l’UE qui donne au Royaume-Uni un «statut spécial». Il confirme qu’il travaillera pour faire en sorte que la Grande-Bretagne reste dans le bloc de 28 nations. Le référendum est prévu pour juin.

21 février: Cameron est durement touché lorsque l’un de ses plus proches alliés conservateurs, Boris Johnson, averti des médias, se joint à la campagne «vacances».

16 juin: Une semaine avant le référendum, la députée travailliste et militante “restante” Jo Cox est tuée par l’extrémiste Thomas Mair, qui a crié “Britain First” avant de lui tirer dessus et de la poignarder.

23 juin: la Grande-Bretagne vote avec 52 à 48 pour cent pour quitter l’Union européenne.

24 juin: Cameron dit qu’il se retirera sur les résultats parce que la Grande-Bretagne a besoin d’un «nouveau leadership» pour orienter le pays dans une nouvelle direction.

13 juillet: la ministre de l’Intérieur Theresa May devient Premier ministre après une compétition à la direction du Parti conservateur.

29 mars 2017: Le gouvernement britannique déclenche officiellement l’article 50 du traité UE de Lisbonne et lance un processus de deux ans pour que le Royaume-Uni quitte le bloc le 29 mars 2019.

8 juin: Une élection parlementaire prévue jusqu’en mai pour renforcer la représentation de votre parti au parlement et aider aux négociations sur le Brexit. Votre parti conservateur perd sa majorité et, en tant que gouvernement minoritaire, reste dans un état affaibli.

7 juillet 2018: May et son cabinet soutiennent le soi-disant «plan Checkers», qui a été élaboré lors d’une réunion fragmentaire lors de la retraite foncière du Premier ministre. Le plan conduit à la démission du secrétaire du Brexit David Davis, du secrétaire aux Affaires étrangères Boris Johnson et d’autres qui préconisent une rupture plus permanente avec l’UE.

25 novembre: les chefs d’État et de gouvernement de l’UE approuvent un accord de retrait avec la Grande-Bretagne après des mois de négociations difficiles. May exhorte le Parlement britannique à soutenir l’accord.

12 décembre: les législateurs conservateurs qui soutiennent une rupture nette avec l’UE déclenchent un vote de censure dans leurs relations avec le Brexit en mai. Elle l’emporte par 200 contre 117 voix et est ainsi à l’abri d’un tel défi pendant un an.

15 janvier 2019: L’accord sur le Brexit revient au parlement, où il est massivement rejeté avec 432-202 voix. La Chambre des communes rejettera l’accord de mai à trois reprises.

21 mars: l’UE accepte de prolonger l’échéance du Brexit un peu plus d’une semaine avant le départ prévu de la Grande-Bretagne le 29 mars

11 avril: la Grande-Bretagne et l’UE conviennent pour la deuxième fois de prolonger le délai de retrait pour éviter que le Brexit ne se produise sans accord. La nouvelle date limite est le 31 octobre.

7 juin: May démissionne de ses fonctions de président du Parti conservateur en raison du blocage de l’accord sur le Brexit.

23 juillet: Boris Johnson élu nouveau chef du Parti conservateur 24 juillet: Johnson prend ses fonctions de Premier ministre, insistant pour que la Grande-Bretagne quitte l’UE le 31 octobre, avec ou sans accord.

28 août: Johnson dit qu’il fermera temporairement le Parlement jusqu’à la mi-octobre pour donner moins de temps aux opposants pour contrecarrer un Brexit sans accord.

3 septembre: Les législateurs rebelles du Parti conservateur votent pour protester contre la stratégie anti-gouvernementale de Johnson. Vous serez expulsé du parti.

5 septembre: Johnson affirme qu’il préférerait être «mort dans un fossé» plutôt que de demander une autre prolongation du Brexit.

9 septembre: Une mesure parlementaire empêchant le Royaume-Uni de quitter l’UE sans accord devient loi.

24 septembre: la Cour suprême du Royaume-Uni a déclaré que la suspension du Parlement par le gouvernement était illégale.

10 octobre: ​​Johnson et le dirigeant irlandais Leo Varadkar se rencontrent et annoncent la voie vers un accord potentiel.

17 octobre: ​​le Royaume-Uni et l’UE annoncent qu’ils ont conclu un accord après que la Grande-Bretagne ait fait des concessions à l’Irlande du Nord.

19 octobre: ​​le Parlement siège un samedi pour demander à voir la législation avant l’approbation de l’accord.

22 octobre: ​​Johnson met la législation sur le Brexit en pause.

28 octobre: ​​Johnson demande à l’UE de reporter à nouveau le Brexit. La nouvelle date limite est le 31 janvier.

Le 29 octobre, le Parlement vote pour une élection nationale dans l’espoir de sortir de l’impasse du Brexit à la demande de Johnson.

12 décembre: Johnson remporte une large majorité aux élections générales et lui donne le pouvoir de faire appliquer la législation sur le Brexit.

23 janvier 2020: la loi sur la démission de l’UE entre en vigueur.

29 janvier: Le Parlement européen approuve le traité de divorce du Brexit.

31 janvier: la Grande-Bretagne quitte officiellement l’UE à 23 heures et entre dans une période de transition de 11 mois au cours de laquelle les deux parties peuvent négocier un accord sur leur future relation.

7 décembre: après des mois de négociations entre le Royaume-Uni et l’UE, Johnson et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, affirment qu’il existe encore des différences significatives dans la voie d’un accord de libre-échange.

9 décembre Johnson et von der Leyen organisent un dîner à Bruxelles pour voir si les différences peuvent être surmontées. Ils échouent à faire une percée, mais annoncent que les négociations se poursuivront pendant quatre jours et une date limite du 13 décembre pour une décision finale ou non compétente.

13 décembre: Von der Leyen et Johnson disent que les négociations se poursuivent et jurent de faire un «effort supplémentaire» pour conclure un accord.

24 décembre: le Royaume-Uni et l’UE annoncent qu’ils sont parvenus à un accord de principe un peu plus d’une semaine avant la fin de l’année. AP

Bouton retour en haut de la page